Séances d'éducation à la vie affective et sexuelle auprès de lycéens et apprentis en Pays de la Loire
Une démarche en 3 étapes :

1. Implantation de l’action

Des lycées ou des Centres de Formation pour Apprentis sont contactés par les étudiant(e)s sages-femmes ou par l’Ireps des Pays de la Loire. Ces premiers contacts se font souvent par l’intermédiaire des Infirmières Conseillères Techniques auprès du Directeur Académique, avec les infirmières scolaires des établissements. Les établissements doivent se situer à moins d’une heure de route de Nantes pour être accessibles aux étudiant(e)s sur le temps imparti.

Un(e) chargé(e) de mission de l’Ireps rencontre des professionnels de l’établissement intéressés par le programme : chef d’établissement, infirmier-ère, CPE, enseignant(e)… Lors de cette rencontre, il s’agit de prendre connaissance du contexte de l’établissement, des actions d’éducation à la vie affective et sexuelle déjà menées, et des attentes de l’établissement quant à une intervention des étudiant(e)s sages-femmes auprès des lycéens ou des apprentis – Voir la Fiche Etablissement.

Si l’intervention des étudiant(e)s est souhaitée par l’établissement, une convention est établie avec l’Ireps pour valider les conditions d’intervention : 3 séances d’1h30 auprès de groupes de 16 élèves maximum c’est-à-dire la plupart du temps en demi-groupe classe. Un professionnel référent de l’établissement assiste aux séances, comme garant du cadre et pouvant donner suite aux séances au sein de l’établissement, par exemple en relayant le Pass Prévention Contraception.

Les référents d’établissements sont invités à rencontrer les étudiant(e)s lors du dernier module de cours, pour préparer les interventions.

2. Mise en œuvre des séances auprès des élèves

Les étudiant(e)s animent 3 séances auprès de 2 groupes d’élèves différents. Chacune des 3 séances s’adapte à la demande des jeunes au plus près de leurs préoccupations, s’appuie sur la parole et l’expression des jeunes, et se construit avec des techniques d’animation ludiques et interactives.

Les 3 séances font l’objet de « conducteurs types » proposés aux étudiant(e). Ces déroulés de séance sont construits de manière à pouvoir aborder l’ensemble des thèmes en lien avec la vie affective et sexuelle : les stéréotypes de genre, la connaissance du corps et la sensorialité, la contraception, le désir de grossesse, les IST, les émotions et les sentiments, l’intimité et l’espace public, Internet et la sexualité, les relations amoureuses, etc.

3. Bilan de l’action

Chaque séance se termine par une évaluation auprès des élèves et une auto-évaluation des intervenant(e)s. A l’issue des 3 séances, une évaluation globale est proposée aux élèves et aux référents d’établissement. Les évaluations des élèves sont saisies en ligne par les étudiant(e)s grâce à un accès réservé.

Les chargé(e)s de mission de l‘Ireps rencontrent les établissements à l’issue des séances pour partager les éléments de bilan.

Puis l’ensemble des données est analysé par les chargé(e)s de mission pour produire un bilan par établissement, et un bilan global des interventions menées par les étudiant(e)s dans le cadre de ce programme.

A télécharger...
  Charte d'intervention [.PDF - 1.71 Mo]